• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 15:51
Marc Dufumier, 50 idées reçues sur l'agriculture et l'alimentation, Allary éditions

"L'agriculture industrielle vend des produits bon marché. Faux, nous les payons en réalité très cher."

"Pour être compétitives, les régions françaises doivent se spécialiser. Faux, elles courraient à leur perte."

"L'agriculture artisanale est moins rémunératrice que l'agriculture industrielle. Faux, c'est même parfois l'inverse."

Marc Dufumier est un agronome de sensibilité écologique. Dans cet ouvrage il présente les méfaits de l'agriculture industrielle et les solutions alternatives.

"L'agriculture industrielle est une agriculture "minière". Elle exploite la terre sans régénérer la matière organique et les éléments minéraux qui la rendent fertile, tout comme l'industrie minière extrait les minéraux du sol sans les renouveler. Nous n'en mesurons probablement pas encore toutes les conséquences."

L'auteur préconise donc le développement d'une agriculture biologique ("On ne pourra pas nourrir la planète avec une agriculture 100% bio. Faux, même l'ONU reconnaît aujourd'hui que c'est possible, et souhaitable") et une alimentation moins riche en produits d'origine animale ("Nous mangeons trop de viande. Vrai, mais il faut quand même préserver l'élevage").

Voilà un ouvrage qui devrait intéresser ceux qui se sentent concernés par le contenu de leur assiette et ce que l'industrie agroalimentaire essaie parfois de nous faire avaler. Le système du vrai / faux avec la réponse développée et justifiée en deux ou trois pages fait que la lecture est facile et rapide.

Un livre lu dans le cadre de l'opération Masse critique de Babelio.

Partager cet article

Repost0

commentaires

E
J'ai commencé à le lire, et je suis vraiment atterrée par ce qu'il dit sur l'alimentation. Du coup, je ne suis pas sûre de pouvoir lui faire confiance en ce qui concerne l'agriculture, même si a priori c'est déjà plus son domaine.
Répondre
E
Il dit par exemple qu'on ne peut pas être végétalien-ne car on serait carencé-e en vitamines D et B12. Or, la vitamine D se capte essentiellement dans les rayons du soleil, donc le simple fait de vivre à Paris par exemple fait qu'on est carencé-e. Pour la vitamine B12, celle que les mangeurs de viandes ou végétarien-ne-s absorbent via leur alimentation est donnée aux animaux en cachets, donc prendre des cachets de B12 c'est simplement enlever un intermédiaire.
A
Tu peux préciser ?
A
C'est méchant mais je n'ai pas pu m'empêcher de rire quand j'ai lu le nom de l'auteur ! C'est un pseudo c'est pas possible ^^
Répondre
A
Non, non, c'est son vrai nom. Il était prédestiné, hein ?
E
Ca a l'air intéressant. Par contre, "il faut préserver l'élevage" ? Hum hum...
Répondre
A
Ses arguments : certaines terres consacrées à l'élevage ne sont pas cultivables (exemple dans le Sahel ou en Mongolie), l'élevage est donc la seule activité possible pour les agriculteurs.
L'élevage en rotation avec les cultures permet de régénérer les sols et donc de se passer d'engrais chimiques.
Si tu veux, je te l'apporte en mars.