• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 17:58
Boris Akounine, Pélagie et le coq rouge, Presses de la cité.

Voici le troisième et dernier épisode des aventures de Pélagie, moniale dans la Sainte Russie à la fin du 19° siècle.
Alors que Pélagie et l'évêque Mitrophane naviguent sur la Volga pour regagner leur ville de Zavoljsk, un passager est assassiné. C'est le prophète Emmanuel, un chef de secte qui prône l'installation en Terre Sainte. Le sympathique inspecteur Serge Segueievitch Dolinine monte à bord pour mener l'enquête et Pélagie ne reste pas insensible à son charme. Aussi quand il lui demande de l'accompagner dans le village natal de la victime pour y chercher des indices trouve-t-elle de bonnes raisons d'accepter. A partir de ce moment là Pélagie est elle-même la cible de tentatives de la faire périr. Elle trouve refuge en Terre Sainte où sa route va croiser celle des populations locales, Arabes, Tcherkesses et Bédouins mais aussi de touristes chrétiens, de pionniers sionistes et d'un prophète Emmanuel bien vivant. Autour d'elle, les cadavres s'accumulent.

Un moment de lecture fort plaisant, très drôle comme toujours avec cet auteur. Cependant je trouve qu'à la fin Boris Akounine s'en tire par une pirouette en utilisant l'explication du miracle pour une chute qui m'a laissée un peu sur ma faim.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kyste 30/08/2009 07:38

Pour la fin ce n'est pas une pirouette je trouve. Je pense que depuis le début de la série, il souhaite arriver à ce dénoument et à cette critique de l'église, incapable de reconnaitre ou d'accepter le crucifié quand il descend de la croix. C'est clairement une oeuvre sombre comme tout akounine d'ailleurs. Pélagie c'est marie madeleine bien évidement, le personnage qui n'a rien à faire dans l'histoire de jésus, mais qui est là pour le laver. Akounine est un auteur d'une subtilité plus importante qu'il semble au premier abord. Son génie du suspens parfois déssert la lecture et l'analyse de son talent à nous montrer notre époque.

Agnès 30/08/2009 20:14


J'ai fait une lecture beaucoup plus superficielle de ce roman. On peut aussi l'apprécier comme cela.