• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 08:48

Jane Austen, Mansfield Park, 10-18

Fille aînée d'une famille nombreuse et pauvre Fanny Price a été élevée depuis l'âge de dix ans par ses tante et oncle lady et sir Thomas Bertram dans leur propriété de Mansfield Park. Elle a grandi près de ses cousins, les deux aînés Tom et Edmond, déjà jeunes gens quand elle est arrivée chez eux et leurs soeurs Maria et Julia, à paine plus âgées qu'elle mais qui l'ont toujours traitée comme une parente pauvre. En fait seul Edmond s'est intéressé à Fanny, l'a consolée au moment où sa famille lui manquait et est devenu son ami et son confident. Avec l'âge les sentiments que Fanny ressent pour lui sont de plus en plus tendres.

Fanny a dix-huit ans. Chacun s'est habitué à sa discrétion, sa grande réserve, voire son excessive timidité. Elle sert de dame de compagnie à sa tante, une femme indolente qui ne quitte guère son sofa. Le départ de sir Thomas à Antigua pour affaires, l'arrivée concommittante dans le voisinage de Mary et Henry Crawford, une soeur et un frère en recherche de plaisirs faciles, vont changer beaucoup de choses.

La relecture de Mansfield Park m'a réjouie. On y retrouve tout ce qui, pour moi, fait le plaisir à lire Jane Austen. L'histoire se déroule dans le milieu de l'aristocratie campagnarde. Ses occupations simples -promenades, lectures, travaux d'aiguille pour les dames- sont opposées aux divertissements légèrement scandaleux des adeptes de la Saison en Ville personnifiés par les Crawford et Tom Bertram. Quel remue-ménage quand jeunes gens et jeunes filles décident de monter une pièce de théâtre à Mansfield. Seule Fanny reste ferme dans ses convictions, consciente jusqu'à la fin que tout ceci n'est pas convenable.

Si la morale est nettement datée, je ne m'ennuie pas un instant car Jane Austen excelle à analyser en profondeur la psychologie de ses personnages. Le fond des sentiments quant à lui (l'amour basé sur des valeurs communes) est intemporel. Le tout est fait avec beaucoup d'humour fin, les travers de chacun sont épinglés. La tante Norris par exemple, femme mesquine, est un bon élément comique, si bien observé.


Mansfield Park adapté à l'écran :
Un film de Patricia Rozema avec Frances O'Connor dans le rôle de Fanny.
C'est après m'être procurée cette adaptation (en Anglais, sous-titrée de même) que j'ai eu envie de revenir à l'original. Dans ce film Fanny est beaucoup moins introvertie que dans le livre. Son personnage est en partie inspiré de la biographie de jane Austen. Je peux concevoir que sa personnalité très réservée, qui ne laisse voir aucun des sentiments qui l'habitent, soit difficile à porter à l'écran. Par contre ce que je trouve moins juste c'est quand le film lui fait accepter la demande en mariage de Crawford pour changer d'avis le lendemain. Il me semble que ce n'est pas du tout le genre de Fanny.

Puis le film modifie d'autres personnages d'une façon qui n'ajoute rien d'indispensable à l'histoire voire apporte un brin d'anachronisme. Lady Bertram devient une droguée à l'opium, son fils Tom un malheureux artiste traumatisé par la conduite brutale de son père à l'égard de ses esclaves. Il y a là une dénonciation de l'esclavage, Fanny apparaît comme une abolitionniste alors que dans le roman elle ne fait que poser des questions sur le commerce des esclaves comme elle en poserait, semble-t-il, sur celui de n'importe quelle autre denrée. Il y a eu une volonté de moderniser les idées et les comportements comme si le spectateur ne pouvait pas comprendre qu'on pense et qu'on agit différemment à deux siècles d'écart. Enfin la tante Norris a quasiment disparu et tout cela rend le film beaucoup moins drôle que le livre.

J'ai ensuite mis la main sur cette autre version : un film de Iain Mac Donald avec Billie Piper dans le rôle de Fanny. Ici Fanny est encore une jeune fille enjouée qui court et rit mais on est néanmoins beaucoup plus proche de la version originale.
Ce que j'ai apprécié : le caractère intéressé des Crawford est bien montré par les conversations entre le frère et la soeur et Hayley Atwell est une Mary Crawford piquante et mignonne ; la tante Norris est parfaitement aigrie et méchante ; les jeux de regards entre les personnages.
Ce que j'ai moins aimé : une traduction française acrobatique qui fait dire à Mary Crawford quelque chose comme : "Avec lequel d'entre vous aurai-je le plaisir de faire l'amour ?" (ça ne devrait pas être plutôt "faire la cour" ? ou dans la traduction de 10-18 : "Quel gentleman parmi vous aurai-je le bonheur d'aimer ?") ; Billie Piper a un visage trop volontaire pour le rôle, ce me semble. Et un ensemble qui manque un peu d'épaisseur. Je ne suis pas persuadée que quelqu'un qui découvrirait Mansfield Park avec ce film aurait envie de lire le livre.
Du fait du caractère de son héroïne Mansfield Park est sans doute une oeuvre difficile à adapter à l'écran et je n'ai guère été convaincue par ces deux versions.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Agnès - dans Austen Jane
commenter cet article
5 mars 2006 7 05 /03 /mars /2006 14:52
La sortie en janvier d'une adaptation cinématographique d'orgueil et préjugés de Jane Austen est un bon prétexte pour lire ou relire cette auteure trop tôt disparue. Elle est éditée, entre autres, chez 10-18.

On retrouve dans chaque ouvrage de Jane Austen pratiquement le même fonds : des jeunes filles de la bonne société rurale de l'Angleterre du début du 19° siècle (l'époque de Jane Austen), souvent modestes, tombent amoureuses de messieurs généralement issus de familles plus élevées. Leurs amours sont contrariées : des parents s'opposent à une union qu'ils jugent indigne pour le jeune homme. Mais tout est bien qui finit bien et l'amour triomphe.

Sur une trame aussi simple -et rebattue- Jane Austen a l'habileté de tracer des portraits savoureux qui montrent une fine observation de la nature humaine. Ainsi la sotte bavarde, femme qui parle à tort et à travers et dont rien ne peut interrompre le monologue est un personnage intemporel.

Le tout est écrit dans un style excellent et plein d'humour. C'est un régal.



Orgueil et préjugés est considéré par beaucoup semble-t-il comme le chef d'oeuvre de Jane Austen et, ma foi, cette réputation ne me paraît pas usurpée.

Jane et Elizabeth Bennet sont les aînées de cinq filles à marier, perspective qui inquiète beaucoup leur mère. Aussi cette dernière est-elle enchantée de voir arriver dans les environs M. Bingley, un riche célibataire. Elle ne doute pas qu'une de ses filles saura le séduire. Et en effet, le coup de foudre est presque immédiat entre la bonne et sage Jane et M. Bingley à l'heureux caractère. M. Bingley est accompagné de son ami, l'orgueilleux M. Darcy. Entre celui-ci et Elizabeth, l'amour sera moins rapide à naître, ralenti par le caractère fier de l'un et les préjugés de l'autre. Pour contrecarrer les amours des deux soeurs on trouve aussi M. Wickham, un intriguant à l'abord sympathique mais au caractère corrompu et dont le but est de séduire une riche héritière. Les soeurs cadettes de nos héroïnes, Kitty et Lydia sont deux adolescentes écervelées qui ne pensent qu'à courrir après les garçons et qui se font remarquer en parlant et en riant fort. Il faudra tirer Lydia d'un bien mauvais pas où l'a jetée son inconséquence. Enfin, tout se termine heureusement après de nombreuses péripéties.



Raison et sentiments est le deuxième ouvrage le plus connu de Jane Austen.

Les héroïnes sont ici encore deux soeurs, Elinor et Marianne Dashwood. La raisonnable Elinor est amoureuse, et réciproquement, du sérieux Edward Ferrars mais la mère et la soeur de ce dernier ont d'autres projets pour lui. Quant à Marianne, exaltée et emportée par ses sentiments, elle est folle de Willoughby, jeune homme enthousiaste comme elle et dont aucune famille ne vient contrecarrer les désirs. La suite réserve des surprises car l'histoire la mieux partie n'est pas celle que l'on pourrait croire. Tout s'arrangera pour les deux soeurs mais après beaucoup de peines de coeur.



J'aime beaucoup aussi Emma.

Depuis le mariage de sa soeur, Emma vit seule avec son père, un vieux monsieur casanier. Pour ne pas le quitter, elle a décidé qu'elle ne se marierai pas. Mais par contre, elle trouve amusant de faire la marieuse pour les autres, en l'occurence Harriet Smith, une jeune fille aux origines les plus modestes. Ce rôle d'entremetteuse entraînera bien des déboires pour Emma. Elle devra repousser les assauts d'un prétendant importun qui s'est mépris sur ses intentions. Ce n'est finalement que quand Harriet s'entiche du supérieur M. Knightley qu'Emma découvre que son coeur est pris.



Orgueil et préjugés et Emma composent avec Persuasion mon trio préféré.

Persuasion raconte l'histoire d'Anne Elliot, fille de baronnet. A vingt ans elle a aimé et a été aimée par Frederick Wentworth, modeste officier de marine. Sous la pression de sa famille et de ses amis elle a refusé sa demande en mariage. Dix ans ont passé. Les circonstances remettent les jeunes gens en présence. L'amour pourra-t-il renaître ? Et si oui, Anne saura-t-elle écouter son coeur ? La réponse est oui, bien sur. La question devrait plutôt être : comment ?



Northanger Abbey est l'histoire de Catherine Morland, entichée de romans moyenâgeux. Invitée à Northanger Abbey elle ne peut s'empêcher de se prendre pour l'héroïne d'un de ces romans. Et la voilà qui imagine des passages secrets et une femme séquestrée.

Dans cet ouvrage Jane Austen adopte une position extérieure par rapport à son héroïne, commentant ses lubies de façon ironique. J'ai trouvé ce procédé un peu artificiel et j'ai moins aimé cette oeuvre que les autres.




Avec Mansfield Park j'aurai cité tous les romans achevés de jane Austen. Ne l'ayant pas relu récemment, j'éviterai de le commenter.

Des oeuvres inachevées ont aussi été publiées. Cette lecture plutôt frustrante est à réserver aux fans absolus.



Jane Austen adaptée à l'écran :

Jane Austen est une auteure classique pour les Britaniques et en tant que telle son oeuvre a été de nombreuses fois portées à l'écran. Voici mon opinion sur les adaptations que j'ai vues.






Orgueil et préjugés
, un film avec Keira Knightley dans le rôle d'Elizabeth Bennet est le dernier paru. C'est une fidèle adaptation du roman. Chacun des acteurs est parfait dans son rôle.




















Orgueil et préjugés (Pride and prejudice) a aussi été adapté en série de six épisodes d'environ 45 mn chacun par la BBC, avec Colin Firth dans le rôle de Darcy. On peut trouver la série en DVD, version originale seulement avec sous-titres en Anglais itou (pour les sourds) qui favorisent la compréhension quand votre Anglais est un peu limité. Je l'ai acheté chez Smith.

Cette série est citée dans le Journal de Bridget Jones d'Helen Fielding. Bridget Jones et ses amies sont folles de la scène où Darcy-Colin Firth plonge tout habillé dans un lac. Cette scène -création de la série- apparaît comme toride (effet de chemise mouillée) et les héroïnes se la passent en boucle. Je dois donc avouer que je l'attendais avec impatience et que j'ai bien sur été déçue. Le fameux plongeon est bien rapide et modeste. Quant à la chemise, elle sèche très rapidement et tout cela n'a pas produit sur moi le même effet que sur Bridget Jones...

Clin d'oeil à Jane Austen et à la série, Bridget Jones tombe amoureuse d'un Mark Darcy, joué par Colin Firth dans l'adaptation cinématographique du Journal !

J'en reviens à la série de la BBC : la longue durée permet de respecter beaucoup mieux qu'un film le rythme lent du roman. La série comme le film mettent des images sur l'histoire. A l'intérieur les personnages sont agités de sentiments puissants mais à l'extérieur on s'autorise bien peu de marques d'affection dans ce milieu et à cette époque, ce que les adaptations viennent nous rappeler.



Coup de foudre à Bollywood (Bride and prejudice !) réalisé par Gurinder Chadha (Joue-la comme Beckham) avec Aishwarya Rai dans le rôle de Lalita (Elizabeth Bennet) est une idée alléchante : Jane Austen à la sauce Bollywood. le tout est une bonne transposition à l'époque contemporaine d'orgueil et préjugés. Je pense qu'on apprécie encore mieux la performance quand on connaît l'oeuvre originale.

Bingley s'appelle ici Balraj et est un riche Indien expatrié qui revient au pays à l'occasion du mariage d'un ami. Il est accompagné d'un autre ami, un Américain convaincu de la supériorité de son pays, William Darcy. Il y a des danses et des chants, beaucoup de couleurs vives mais pour ce qui est du cinéma de Bollywood, autant aller plutôt à l'original.




















Raison et sentiments
avec Emma THompson (Elinor Dashwood), Kate Winslet (Marianne Dashwood) et Hugh Grant (Edward Ferrars) est une excellente adaptation et j'irais jusqu'à dire que le résultat est meilleur que l'original.























Enfin Emma, avec Gwyneth Paltrow (Emma) est également fort plaisant à voir.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Agnès - dans Austen Jane
commenter cet article