• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 08:48

Jane Austen, Mansfield Park, 10-18

Fille aînée d'une famille nombreuse et pauvre Fanny Price a été élevée depuis l'âge de dix ans par ses tante et oncle lady et sir Thomas Bertram dans leur propriété de Mansfield Park. Elle a grandi près de ses cousins, les deux aînés Tom et Edmond, déjà jeunes gens quand elle est arrivée chez eux et leurs soeurs Maria et Julia, à paine plus âgées qu'elle mais qui l'ont toujours traitée comme une parente pauvre. En fait seul Edmond s'est intéressé à Fanny, l'a consolée au moment où sa famille lui manquait et est devenu son ami et son confident. Avec l'âge les sentiments que Fanny ressent pour lui sont de plus en plus tendres.

Fanny a dix-huit ans. Chacun s'est habitué à sa discrétion, sa grande réserve, voire son excessive timidité. Elle sert de dame de compagnie à sa tante, une femme indolente qui ne quitte guère son sofa. Le départ de sir Thomas à Antigua pour affaires, l'arrivée concommittante dans le voisinage de Mary et Henry Crawford, une soeur et un frère en recherche de plaisirs faciles, vont changer beaucoup de choses.

La relecture de Mansfield Park m'a réjouie. On y retrouve tout ce qui, pour moi, fait le plaisir à lire Jane Austen. L'histoire se déroule dans le milieu de l'aristocratie campagnarde. Ses occupations simples -promenades, lectures, travaux d'aiguille pour les dames- sont opposées aux divertissements légèrement scandaleux des adeptes de la Saison en Ville personnifiés par les Crawford et Tom Bertram. Quel remue-ménage quand jeunes gens et jeunes filles décident de monter une pièce de théâtre à Mansfield. Seule Fanny reste ferme dans ses convictions, consciente jusqu'à la fin que tout ceci n'est pas convenable.

Si la morale est nettement datée, je ne m'ennuie pas un instant car Jane Austen excelle à analyser en profondeur la psychologie de ses personnages. Le fond des sentiments quant à lui (l'amour basé sur des valeurs communes) est intemporel. Le tout est fait avec beaucoup d'humour fin, les travers de chacun sont épinglés. La tante Norris par exemple, femme mesquine, est un bon élément comique, si bien observé.


Mansfield Park adapté à l'écran :
Un film de Patricia Rozema avec Frances O'Connor dans le rôle de Fanny.
C'est après m'être procurée cette adaptation (en Anglais, sous-titrée de même) que j'ai eu envie de revenir à l'original. Dans ce film Fanny est beaucoup moins introvertie que dans le livre. Son personnage est en partie inspiré de la biographie de jane Austen. Je peux concevoir que sa personnalité très réservée, qui ne laisse voir aucun des sentiments qui l'habitent, soit difficile à porter à l'écran. Par contre ce que je trouve moins juste c'est quand le film lui fait accepter la demande en mariage de Crawford pour changer d'avis le lendemain. Il me semble que ce n'est pas du tout le genre de Fanny.

Puis le film modifie d'autres personnages d'une façon qui n'ajoute rien d'indispensable à l'histoire voire apporte un brin d'anachronisme. Lady Bertram devient une droguée à l'opium, son fils Tom un malheureux artiste traumatisé par la conduite brutale de son père à l'égard de ses esclaves. Il y a là une dénonciation de l'esclavage, Fanny apparaît comme une abolitionniste alors que dans le roman elle ne fait que poser des questions sur le commerce des esclaves comme elle en poserait, semble-t-il, sur celui de n'importe quelle autre denrée. Il y a eu une volonté de moderniser les idées et les comportements comme si le spectateur ne pouvait pas comprendre qu'on pense et qu'on agit différemment à deux siècles d'écart. Enfin la tante Norris a quasiment disparu et tout cela rend le film beaucoup moins drôle que le livre.

J'ai ensuite mis la main sur cette autre version : un film de Iain Mac Donald avec Billie Piper dans le rôle de Fanny. Ici Fanny est encore une jeune fille enjouée qui court et rit mais on est néanmoins beaucoup plus proche de la version originale.
Ce que j'ai apprécié : le caractère intéressé des Crawford est bien montré par les conversations entre le frère et la soeur et Hayley Atwell est une Mary Crawford piquante et mignonne ; la tante Norris est parfaitement aigrie et méchante ; les jeux de regards entre les personnages.
Ce que j'ai moins aimé : une traduction française acrobatique qui fait dire à Mary Crawford quelque chose comme : "Avec lequel d'entre vous aurai-je le plaisir de faire l'amour ?" (ça ne devrait pas être plutôt "faire la cour" ? ou dans la traduction de 10-18 : "Quel gentleman parmi vous aurai-je le bonheur d'aimer ?") ; Billie Piper a un visage trop volontaire pour le rôle, ce me semble. Et un ensemble qui manque un peu d'épaisseur. Je ne suis pas persuadée que quelqu'un qui découvrirait Mansfield Park avec ce film aurait envie de lire le livre.
Du fait du caractère de son héroïne Mansfield Park est sans doute une oeuvre difficile à adapter à l'écran et je n'ai guère été convaincue par ces deux versions.

Partager cet article

Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 07:48
Vikram Seth, Quatuor, Le livre de poche

Michael, un violoniste, a aimé Julia, une pianiste. Ils étaient tous deux jeunes étudiants à Vienne. Alors qu'il traversait une période de dépression Michael a cru que Julia avait pris parti contre lui et il l'a quittée. Quand il a compris qu'il s'était trompé, il a tenté par tous les moyens de reprendre contact avec elle mais elle s'y est refusé.
Dix ans ont passé. Michael poursuit sa carrière musicale à Londres. Il n'a plus eu aucune nouvelle de Julia mais il ne l'a pas oubliée et l'aime toujours. Quand soudain il se retrouve en face d'elle.

C'est une histoire d'amour bien sur mais aussi celle d'une vie consacrée à la musique. Fils d'un boucher, Michael n'a pas suivi la voie que ses parents avaient envisagée pour lui. Ayant atteint une certaine reconnaissance dans sa profession il collabore occasionnellement à plusieurs orchestres en plus du quatuor Maggiore dont il est membre, donne des leçons pour boucler les fins de mois. Il vit de sa musique mais pas très largement et la perspective de devoir acheter un nouveau violon, instrument de prix, soulève bien des complications. J'ai découvert ce monde de la musique qui m'est totalement étranger, j'ai trouvé cela intéressant.

Je dois maintenant révéler qu'un des personnages devient sourd. On imagine aisément ce que cela représente pour un musicien mais Vikram Seth a bien montré aussi l'importance de tous les sons quotidiens dont on ne réalise pas vraiment le prix. En ce début de printemps j'aime particulièrement entendre les premiers chants des oiseaux au petit matin. Non loin de chez moi il y a une église qui sonne les heures et ce bruit est aussi pour moi un repère que j'apprécie. Pendant un certain temps elle n'a pas fonctionné et c'est là que je me suis rendue compte que cela me manquait.

Et vous, vous appréciez quoi comme bruits quotidiens ?

Partager cet article

Repost0
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 17:18
En février j'ai passé une semaine à Paris. Ce séjour a été pour moi l'occasion de visites et de découvertes. J'ai d'abord visité l'exposition "Six milliards d'autres", un projet de Yann Arthus-Bertrand et de l'association GoodPlanet. J'y étais le dernier jour, elle fermait le soir même.

Dans le cadre superbe du Grand Palais (que je ne connaissais pas) il y avait des yourtes dans lesquelles étaient diffusées des vidéos classées par thèmes.

Le Grand Palais

Des personnes du monde entier ont été invitées à s'exprimer sur divers sujets : la famille; l'amour; quels sont vos rêves; quelle a été votre plus grande épreuve; à votre avis, qu'y a-t-il après la mort ? ... C'est souvent émouvant, parfois drôle, toujours intéressant. Cela m'a amenée à m'interroger sur ce que pouvaient être mes propres réponses à ces mêmes questions et j'ai trouvé que cela donnait des raisons d'espérer dans l'espèce humaine.

L'autre grande visite c'est celle du musée Albert Kahn à Boulogne. Albert Kahn (1860-1940) était un riche banquier qui a utilisé une partie de sa fortune à créer les "Archives de la planète". Il a envoyé à travers le monde des photographes et des cameramen chargés de fixer les modes de vie de divers peuples. Ses photographes utilisent l'autochrome, procédé qui permet de photographier en couleur. Albert Kahn pensait que la connaissance des cultures étrangères encourage le respect et les relations pacifiques entre les peuples (une sorte de Yann Arthus-Bertrand de son temps mais en moins médiatisé).

Cette semaine sur Arte, et encore la semaine prochaine (du 2 au 5 mars 2009), il y a, à 18 heures 15, une série documentaire sur "Le monde d'Albert Kahn". J'ai regardé les premiers épisodes, c'est passionant. On y voit ces superbes photos couleur du début du 20° siècle. Ce sont à chaque fois les premières prises dans le pays et en même temps le témoignage d'un monde, d'un mode de vie qui va bientôt disparaître.



Le musée Albert Kahn propose actuellement une exposition 'Infiniment Indes". Je ne pouvais donc pas rater ça. Elle devait se terminer le 8 mars 2009 mais a été prolongée jusqu'à l'été.
A partir de postes informatiques on peut aussi avoir accès aux collections permanentes du musée.
Enfin le musée est installé dans ce qui fut la propriété d'Albert Kahn et est donc entouré des jardins qu'il s'était fait aménager : une (petite) forêt vosgienne (il était originaire du nord-est de la France), une roseraie, un palmarium, un jardin japonais.



Le jardin japonais

Un homme très bien cet Albert Kahn et un musée à sa mesure auquel il faudra revenir à chaque nouvelle exposition et puis aussi au printemps, en été, pour profiter des jardins en toutes saisons. Un dernier argument pour vous convaincre que cette visite vaut le coup : l'entrée ne coûte que 1 euro 50.

Et puis c'était des vacances à Paris alors repas au restaurant (passage Brady), visites à des amis, cinéma (l'étrange histoire de Benjamin Button), librairies et beaucoup de marche à pied dans cette belle ville.



Partager cet article

Repost0
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 08:15
Anne Perry, Buckingham Palace gardens, 10-18

Une prostituée a été retrouvée assassinée dans un placard du palais de Buckingham. La femme était totalement nue, elle avait été égorgée et éventrée. Le crime a été découvert à l'issue d'une partie fine qui réunissait le prince de Galles et quatre entrepreneurs qui travaillaient avec lui sur un projet de ligne de chemin de fer trans-africaine le Cap-le Caire. Il ne s'agit pas d'ébruiter une affaire qui pourrait causer un grand scandale quelques années après que l'on ait murmuré le nom du prince de Galles dans l'enquête sur Jack l'éventreur. Aussi la Special branch est-elle convoquée en la personne de son meilleur agent: Thomas Pitt.

Au départ chacun pense que le meurtier ne peut être qu'un domestique. Hélas, il faut vite renoncer à cette idée : c'est l'un des messieurs le coupable. Mais lequel ? et pourquoi ? Pour l'aider à répondre à toutes ces questions Pitt entraîne avec lui la jeune Gracie Phipps qui se fait embaucher comme domestique au palais pour enquêter incognito. J'espère ne pas trop en révéler en disant que la solution est une machination stupéfiante. "Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?" ai-je pensé.

Cela n'a pas gâté le plaisir que j'ai pris à cette lecture cependant car, comme toujours, le propos d'Anne Perry est d'amener ses personnages à s'interroger sur leurs choix personnels et ce qui a le plus de valeur à leurs yeux : réussite matérielle et pouvoir sur les autres ou amour et estime de soi. Dans ses relations avec ses proches, quelle part de soi-même et de ses désirs profonds révèle-t-on? Pas grand chose semble-t-il dans cette haute société victorienne où l'apparence est si importante.

"Quel que fût le coupable, était-il possible que son épouse l'ignorât ? Comment pouvait-on vivre aux côtés d'un homme, adopter son nom, coucher dans le même lit, et ne rien savoir de ses convictions, de ses peurs et de ses envies ? A l'inverse, qui savait ce qui lui tenait à coeur puisqu'elle ne parlait que de banalités ?"

Partager cet article

Repost0
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 18:49
Claude Izner, La momie de la Butte-aux-Cailles, 10-18

Alphonse Ballu, le cousin de la concierge de l'immeuble voisin de la librairie Elzévir, a disparu. Sa cousine s'en inquiète auprès de Victor Legris et Joseph Pignot, associés à la tête de la librairie. Dans le même temps la brocanteuse Alexandrine Piote, fait part à Victor de la découverte, dans l'estomac d'un poisson, d'un livre miniature contenant une formule mystérieuse. Le lendemain Victor retrouve Alexandrine pendue. Suicide ou assassinat ? Une maison abandonnée de la Butte-aux-Cailles semble être le lieu où se trouvent les solutions à ces différents mystères.



On peut penser que c'est une sacrée coïncidence qui fait se retrouver nos héros au milieu de tout cela mais ils sont si sympathiques que cela passe. Et puis l'histoire se déroule dans le cadre pittoresque du Paris de la fin du 19° siècle. Le petit peuple qui est décrit me fait penser à celui d'un pays du tiers-monde aujourd'hui avec ses enfants des rues, ses miséreux qui triment pour quelques sous, ses petits employés qui essaient de s'élever à force de travail et que le moindre accident de parcours peut renvoyer au caniveau. Enfin, j'ai apprécié de lire ce livre à l'occasion d'un séjour à Paris. Lors de promenades dans les vieux quartiers de la capitale j'ai eu parfois l'impression de mettre mes pas dans ceux de Victor Legris.


Partager cet article

Repost0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 09:21
Kalpana Swaminathan, Saveurs assassines, Points

Le docteur Hilla Driver a hérité d'une vieille maison coloniale au bord de la mer dans les environs de Bombay. Elle envisage de la transformer en pension de luxe. Pour lancer son projet elle organise un week-end d'inauguration auquel elle convie amis et personnalités en vue : un écrivain, un danseur, un top model, un critique gastronomique... Il y a aussi un cuisinier de talent qui a promis de surprendre les plus difficiles. Le but pour Hilla est de faire parler d'elle en page 3, la page people des journaux. Pour ça, elle va être servie.

Quand le cuisinier présente à chaque convive un plat spécial qui lui rappelle un événement de son passé, certains souvenirs ne sont pas les bienvenus. C'est alors que la scène se transforme en huis-clos avec l'intervention d'une pluie diluvienne qui empêche toute communication avec l'extérieur. Un des participants est assassiné. L'enquête est prise en charge par miss Lalli, policière à la retraite, amie de Hilla et invitée avec sa nièce, la narratrice, qui va lui servir d'assistante.

Un point de départ assez classique (l'assassin est forcément un des invités) et une enquête plutôt bien ficelée. Il y a du suspense et aussi des indices qui permettent de deviner certaines choses.

Partager cet article

Repost0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 14:35
Vikram Seth, Le lac du ciel, du Sin-K'iang au Tibet, Grasset

En 1980-1982 Vikram Seth a vécu en Chine où il étudiait à l'université de Nan-King. En juillet 1981 il obtient un visa pour le Tibet dans des circonstances inattendues qui font intervenir la chanson principale du film indien des années 50, Awara. Voulant profiter de cette aubaine mais attendu pour l'été par sa famille en Inde, Vikram Seth décide alors de rentrer chez lui en stop, en passant par le Tibet.

Il suit une des principales routes utilisées pour le transport des marchandises et qui relie le Sin-K'iang au Tibet à travers l'ouest de la Chine. Il obtient une place auprès de routiers qui font le trajet régulièrement. Il y a Sui, le Han qui fume cigarette sur cigarette. Pour lui la route est un mode de vie. Il a tissé tout un réseau de connaissances sur son chemin, chez qui il s'arrête pour discuter, boire du thé ou fournir quelques marchandises à ces gens souvent éloignés de tout. Sui est accompagné de son neveu, un adolescent boudeur qui retourne chez ses parents. Et il y a Gyanseng, le Tibétain, pressé d'arriver à la maison. Pendant plusieurs jours les quatre hommes cohabitent, serrés les uns contre les autres dans la cabine. La route est rendue difficilement praticable par des inondations et le camion s'embourbe à plusieurs reprises.

Pendant son voyage Vikram Seth est frappé par le bon accueil qu'il reçoit généralement chez les autochtones. L'administration est très procédurière. Il faut faire tamponner son laisser-passer, avoir les bonnes autorisations et "le réglement, c'est le réglement" mais les fonctionnaires locaux sont aussi capables de se mettre en quatre pour lui faciliter les choses dès qu'apparaît une affinité partagée : un goût commun pour une chanson de Bollywood, une photo entraperçue de ses parents en costume traditionnel. Les étrangers, particulièrement quand ils voyagent seuls, sont peu nombreux dans cette région de la Chine à cette époque et les habitants ont le souci de laisser une bonne image de leur pays.

L'auteur séjourne quelques jours à Lhassa. Les traces sont encore visibles des temples détruits pendant la révolution culturelle. Il fait la connaissance d'une famille dont le père et un fils ont été emprisonnés pendant douze ans comme ennemis du peuple avant d'être réhabilités.
Finalement il traverse à pieds par des petits chemins la frontière entre la Chine et le Népal, les crues ayant emporté le pont qui servait aux camions. Puis, après encore quelques jours à Katmandou, prend l'avion pour Delhi.

J'ai trouvé cette lecture plutôt plaisante.

Partager cet article

Repost0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 17:45
Bénédicte Vergez-Chaignon, Les vichysto-résistants de 1940 à nos jours, Perrin


Longtemps on a cru qu'il y avait entre les partisans de Pétain et les résistants une différence bien nette. Depuis les années 1990 on découvre petit à petit que la réalité était plus complexe, que l'on a pu être pétainiste et résistant. Qui sont ces vichysto-résistants et pourquoi leur existence a-t-elle été occultée pendant 45 ans ? C'est ce qu'étudie Bénédicte Vergez-Chaignon.


Les vichysto-résistants sont souvent des officiers de carrière. Issus de la droite nationaliste et chrétienne ils sont pour la Révolution nationale dont ils attendent la rénovation morale de la France et la fin des clivages politiques. Mais en même temps ils supportent mal que la France soit sous l'autorité étrangère et attendent avec impatience la revanche. Souvent ils sont opposés à l'idéologie nazie.

La demande d'armistice par Pétain met ces soldats devant un choix douloureux entre leur devoir d'obéissance et leur envie d'agir. Ils jugent le maréchal à leur mesure et s'imaginent alors qu'il joue un double jeu. Celui-ci laisse croire et entretient l'ambiguïté.


Dès l'été 1940 des chefs de corps organisent spontanément le camouflage de matériel militaire. Des listes d'hommes mobilisables sont dressées, sorte de réservistes prêts à intervenir le moment venu. De même les organisations de jeunesse (chantiers de jeunesse, compagnons de France) qui se créent après la défaite peuvent sembler de futures troupes.

Pendant un certain temps il y a même des contacts entre certains chefs de la résistance et des membres du gouvernement de Pétain. Ainsi Henri Frenay, un des fondateurs du mouvement Combat, qui voit Pétain comme un « capitaine prisonnier de l'équipage », est contacté en janvier 1942 par le directeur de la sûreté nationale de Vichy qui lui propose une rencontre. Ce dernier laisse entendre que le gouvernement joue double jeu et que la résistance peut le gêner dans cette voie. Mais Frenay ne suit pas et, ces contacts lui portant tort dans la résistance, il rompt ensuite avec Vichy.


Le 8 novembre 1942, le débarquement anglo-américain en Afrique du nord française entraîne, le 11 novembre, l'occupation de la zone libre par l'Allemagne. Pétain demande aux Français de ne pas réagir et la petite armée que la France avait été autorisée à conserver après l'armistice est dissoute. Un certain nombre d'officiers comprennent alors la réalité de la collaboration. Cependant ils ne veulent pas se rallier à de Gaulle et se tournent vers Giraud qui s'est retrouvé à la tête du gouvernement d'Alger après le débarquement de novembre. Giraud est lui-même un admirateur du maréchal et gouverne de façon autoritaire selon les principes de la Révolution nationale. Sous la pression des Américains ce régime se démocratise ensuite puis Giraud est poussé dehors par de Gaulle.


A partir de février 1943, la mise en place du STO va pousser encore plus d'hésitants vers la résistance. Une part croissante de l'administration de Vichy (des préfets) renâcle face à certaines consignes. Ceci explique que seulement la moitié des effectifs prévus ont été envoyés en Allemagne.

Après le débarquement c'est individuellement que les membres des chantiers de jeunesse ou les reliquats des forces armées de Vichy choisissent ou non de rejoindre la résistance et de participer à la libération du territoire français.


Dans la deuxième partie de l'ouvrage Bénédicte Vergez-Chaignon aborde le devenir de ces vichysto-résistants après la guerre et comment et pourquoi, petit à petit, le fait qu'on ait pu être à la fois pétainiste et résistant est devenu inaudible. Le cas de François Mitterrand est notamment longuement évoqué.


Bien que certains passages aient été un peu ardus pour moi, j'ai trouvé cet ouvrage fort intéressant. Bénédicte Vergez-Chaignon s'est documentée de façon abondante, le récit est foisonnant avec de nombreux personnages principaux et secondaires. J'ai particulièrement apprécié le propos nuancé. L'auteur montre que de nombreux choix ont été possibles, on est loin d'un découpage manichéen. Mais en même temps elle prend aussi position de façon tranchée, indiquant quand un comportement a été indigne. Cette lecture m'a fait prendre conscience de grands pans d'ignorance et a fait émerger des besoins d'information. Il me faudrait maintenant lire une histoire de la résistance, une de Vichy, de la milice, une biographie de Pétain... Et nul doute que ces lectures en appelleraient d'autres.

 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 16:42
Ce film de Danny Boyle est inspiré du livre Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire. Jamal Malik (Dev Patel), un enfant des bidonvilles, gagne le gros lot au jeu "Qui veut gagner des millions". On soupçonne la tricherie. Pourtant il explique comment chaque épisode de sa vie aventureuse lui a permi de répondre aux diverses questions posées. Les péripéties retenues ne sont pas toujours les mêmes que dans le roman.

J'ai beaucoup apprécié ce film (beaucoup plus que le livre). J'ai été particulièrement impressionnée par toutes les
scènes du début qui sont tournées dans un grand bidonville de Bombay. J'ai lu que c'était Dharavi (le plus grand bidonville d'Asie). Il y a une course poursuite dans les ruelles et une montée de la caméra avec des vues du ciel de plus en plus larges. C'est saisissant. J'ai bien aimé aussi le clin d'oeil au cinéma de Bollywood avec Amitabh Bachchan en référent, présent à travers des extraits de ses films.

C'est un film dynamique et euphorisant que je vous recommande. Il m'a réjouie.
Naina aussi a apprécié.

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 14:42
Zoyâ Pirzâd, On s'y fera, Le livre de poche

A Téhéran, de nos jours, Arezou, femme divorcée de 41 ans, tente de survivre entre sa mère et sa fille tout en dirigeant son agence immobilière. La vie n'est pas toujours facile pour Arezou. Sa mère et sa fille lui reprochent toutes les deux son divorce. En ce qui concerne la mère, on comprend vite que cette femme n'aime qu'elle même, qu'elle n'a jamais aimé sa fille et que toutes les occasions sont bonnes pour déprécier cette dernière. La vieille femme utilise donc la fille d'Arezou, Ayeh, comme un instrument de destruction, elle joue la fille contre la mère.

Ayeh, quant à elle, jeune fille de 19 ans, étudiante à l'université, est en pleine crise d'adolescence, se conduisant comme une gamine de 15 ans, voire de 12. Le fait, à son âge, de vivre encore avec sa mère, de devoir lui demander son autorisation pour sortir avec des amis, ne l'aide certes pas à s'autonomiser. Malgré les exigences injustes de ces deux femmes égoïstes Arezou tente toujours de leur complaire, ce qui m'a parfois un peu agacée. En même temps j'ai conscience d'être injuste à son égard car je comprends que le rejet de sa mère n'a pas contribué à lui donner de l'assurance.

Heureusement, dans le cadre professionnel, Arezou peut compter sur Shirine, sa collaboratrice et meilleure amie, pour lui remonter le moral. Enfin, jusqu'au moment où Arezou commence à fréquenter Sohrab. Après l'avoir encouragée dans cette voie, Shirine va montrer quelle est sa conception de l'amitié.

Voilà un roman que je n'ai pas apprécié. Les personnages ne sont pas sympathiques (à part Sohrab, par contre lui, c'est l'homme parfait). Les dialogues -qui constituent l'essentiel de la narration- m'ont souvent semblé décousus. L'analyse psychologique est plutôt juste mais au total j'ai trouvé cette lecture un peu ennuyeuse.
De l'Iran contemporain on apprend que les apparences y comptent beaucoup. Le fait qu'Arezou ait un amant est finalement mieux accepté par son entourage que l'éventualité de son remariage (on ne pourrait plus, alors, faire comme si on ne savait pas).

Fashion et Naina ont apprécié.

Partager cet article

Repost0