• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 08:12

ermitesVassili Peskov, Ermites dans la taïga, Babel

 

En 1978, des géologues en mission dans la taïga, au sud de la Sibérie, à 200 km environ de la frontière mongole, repèrent depuis leur hélicoptère quelque chose qui ressemble fort à un potager à un endroit qui pourtant est officiellement vide d'hommes. Là ils font la découverte d'une famille de cinq personnes, le père et ses quatre enfants âgés de 56 à 33 ans et qui vivent coupés du monde depuis 40 ans. Les deux cadets n'ont jamais rencontré d'autres personnes que leurs parents et frère et soeur.

 

Les Lykov sont des vieux croyants qui se sont éloignés du "siècle" pour pouvoir vivre leur religion à leur convenance. En 1653 le tsar Alexis et le patriarche Nikon réforment l'Eglise orthodoxe pour retourner vers les textes originels qui avaient parfois été mal traduits ou recopiés. Cette réforme provoque un schisme, le raskol. Ceux qui refusent de modifier leurs pratiques sont les vieux croyants. A la mort du tsar Alexis (1676), son successeur Pierre le Grand décide de les taxer doublement. Certains prennent alors la forêt pour échapper à cette imposition. Trois siècles plus tard les Lykov, qui vivaient déjà dans un endroit guère passant, s'éloignent encore plus de la civilisation au point de ne plus croiser de personne étrangère à leur famille pendant 40 ans.


800px-Surikov_morozova.jpgUn tableau de Sourikov, La boyarde Morozova, personnalité du raskol qui part en exil. Elle montre à ses fidèles comment faire le signe de croix avec deux doigts au lieu de trois comme on voulait le leur imposer.

 

Vassili Peskov est grand reporter à la Komsomolskaïa Pravda. En 1982 il apprend l'existence des Lykov et leur rend visite. A ce moment là la famille ne se compose plus que du père et de la fille cadette, Agafia. Les trois autres enfants sont morts l'hiver précédent. Vassili Peskov s'attache à ces deux personnages et revient régulièrement les voir, environ une fois par an. Ce sont ces rencontres sur dix ans -le récit s'arrête en 1991- que raconte Ermites dans la taïga. L'ouvrage est illustré de quelques photos des ermites et de leur cadre de vie.

 

Vassili Peskov présente les conditions de vie en totale autarcie de ces fascinants Robinson. Du monde ils n'ont emmené avec eux que quelques outils de métal, en bien mauvais état 40 ans plus tard. Tout le reste est fabriqué par leurs soins : seaux en écorce de bouleau, vêtements de chanvre cultivé sur place. La nourriture est fournie par le potager (essentiellement des pommes de terre), ramassée dans la forêt, péchée dans le torrent. Des fosses-pièges permettent à l'occasion d'attraper du gibier. L'alimentation est l'objet d'un travail et d'un soucis permanents, la situation toujours précaire. La mère est morte de faim en 1961. Pour la nourriture spirituelle, cinq heures de prière par jour.

 

Leurs retrouvailles avec les hommes va modifier la vie des Lykov. Ils vont accepter d'utiliser certains biens produits à l'extérieur : tissu, ustensiles de cuisine. Ils vont cultiver de nouveaux légumes (carottes), élever des animaux. S'ils prennent plaisir à fréquenter à l'occasion (l'ermitage est inaccessible pendant plus de la moitié de l'année, à cause de la neige) des gens de l'extérieur, ils ne renoncent pas à leur vie isolée ni à leurs convictions religieuses.


lykov.jpgL'ermitage des Lykov

 

Je n'en dis pas plus pour vous laisser le plaisir de découvrir cette aventure fantastique qui m'a fascinée. Si le vieux est pas mal un tyran domestique, sa fille est plus attachante avec sa capacité à évoluer et je m'en vais la retrouver bien vite dans Des nouvelles d'Agafia.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Agnès - dans Documentaires
commenter cet article

commentaires

zarline 22/04/2012 13:10


Tu as piqué ma curiosité. Je ne connaissais pas du tout ce livre mais maintenant bien envie de découvrir cette étrange famille. 

Agnès 25/04/2012 21:31



Ca vaut le coup.



Dominique 22/04/2012 11:11


je comprends ton enthousiasme et ton émotion, ce livre est tout à fait émouvant et passionnant, je me souviens de ma première lecture il y a bien des années mais c'est le genre de livre que l'on
oublie pas , j'ai encore mon exemplaire sur mes étagères bien rangé à  côté de Dersou Ouzala qui est un livre magnifique aussi 

Agnès 25/04/2012 21:30



Peskov parle de Dersou Ouzala dans son ouvrage. Je ne savais même pas que c'était un livre.