• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 08:31

coréePhilippe Grangereau, Au pays du grand mensonge, Voyage en Corée du Nord, Le serpent de mer

 

Philippe Grangereau est journaliste, spécialiste de l’Asie. En 2000 il se joint incognito à un voyage touristique en Corée du Nord. Il en ramène un des rares reportages sur ce pays fermé qui vit encore à l’heure de la guerre froide.

 

On découvre donc la vie pathétique des Nord-Coréens, particulièrement à cette époque, quand le pays sort tout juste de la grande famine qui a débuté en 1994. Les estimations sur le nombre de morts qu’a entraînée la volonté farouche d’autarcie du gouvernement varient de plusieurs centaines de milliers à trois millions. En 2000 à Pyongyang il y a des pénuries d’électricité (immeubles de 30 étages sans ascenseur qui fonctionne), seuls les bâtiments gouvernementaux et les hôtels pour étrangers sont approvisionnés. On manque aussi de chauffage (- 20° l’hiver) et d’eau courante (la lessive se fait au fleuve). La Corée du Nord est le pays du monde qui reçoit le plus d’aide alimentaire mais elle est distribuée par le gouvernement à des populations triées.

 

En effet, depuis 1967, la population est divisée en trois castes : l’élite (27%), proche du régime ; les instables (45%), surveillés en permanence et les éléments hostiles (27%). Ceux-là sont relégués dans des zones inaccessibles du nord du pays. Leur vie est extrêmement précaire et 200 000 d’entre eux seraient en camps de travail. Il s’agit bien de castes car la faveur ou la haine du régime sont héréditaires sur plusieurs générations. Avec ça la propagande est partout, tellement énorme que cela ferait rire si cela ne recouvrait pas une réalité aussi sordide.

 

J’ai beaucoup apprécié cette lecture que j’ai trouvé très intéressante. Mais attention, ce voyage date déjà d’il y a dix ans et le pays a, semble-t-il, pas mal évolué depuis cette date. L’auteur d’ailleurs remarque des frémissements : «Après avoir fustigé dans un court discours à notre attention l’hégémonisme yankee, les soldats gardiens du musée font demander à nos guides des cigarettes. Américaines de préférence. C’est à ce genre de détail qu’on reconnaît que la Corée du Nord n’est plus tout à fait une forteresse idéologique. »

 

Un ouvrage à voir donc plutôt comme un document historique que d’actualité.

L'avis d'Ajia.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Agnès - dans Documentaires
commenter cet article

commentaires

Mélopée 08/04/2010 22:01



Il a l'air effectivement très intéressant ce livre. Mais peut-être que pour quelqu'un qui ne s'y connait pas du tout ce serait un peu ardu?!



Agnès 09/04/2010 12:40



Non, je ne crois pas car c'est très concret. Il y a une annexe chronologique à la fin pour resituer les faits et ça n'est pas très épais. C'est aussi illustré de photos de l'auteur.



Kikine 06/04/2010 13:56



J'aime toujours ce genre de livre-récit historiques. Je le note pour une lecture future 



Agnès 07/04/2010 19:57



A lire, en effet.



zarline 06/04/2010 12:45



Ce document me tente bien. Tellement peu d'informations filtrent sur ce pays que ce témoignage me semble essentiel. Et quant aux conditions de vie des nord-coréens, pas sûre que leur situation
ait vraiment évolué depuis 10 ans...



Agnès 07/04/2010 19:55



C'est sur que c'est difficile de trouver des informations sur ce pays. Ajia indique aussi des pistes dont une BD que je vais chercher.