• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 16:15

stalineOwen Matthews, Les enfants de Staline, 10-18

 

A travers l'histoire de sa famille, Owen Matthews raconte l'histoire de l'URSS. Le grand-père maternel d'Owen Matthews, Boris Bibikov, était un apparatchik du Parti. En 1937 il est arrêté et exécuté peu après, ce que sa famille ignora pendant des années. Quelques mois plus tard c'est sa femme, Martha, qui est arrêtée et internée au goulag où elle reste onze ans. La disparition des parents Bibikov laisse deux orphelines. Ludmila, la mère de l'auteur, n'a pas quatre ans, sa soeur Lénina en a douze. Elles sont envoyées dans un orphelinat. En 1941 c'est la guerre qui les sépare. Lénina est recrutée pour creuser des tranchées, Ludmila et les autres enfants sont évacués vers l'est. De déplacements en déplacements ils arrivent dans la région de Stalingrad en 1942. En 1944 les deux soeurs se retrouvent par hasard et sont recueillies par leur oncle Iakov, frère de leur père.

 

C'est cette première partie du livre que j'ai le mieux aimé. A travers l'histoire terrible de cette famille on retrouve tous les grands drames de l'URSS stalinienne. J'ai d'ailleurs dans ma PAL l'histoire de la bataille de Stalingrad par Anthony Beevor et ça m'a redonné envie de le lire. Les deux soeurs envoyées à l'orphelinat après la liquidation de leurs parents me font aussi penser à Enfant 44 sauf que Les enfants de Staline est sacrément mieux écrit et passionant.

 

Owen Matthews raconte ensuite l'histoire de ses parents. En 1963 Ludmila est devenue une jeune femme quand elle rencontre Mervyn Matthews, un Anglais russophile installé à Moscou. Les jeunes gens vivent neuf mois d'idylle mais au moment où ils décident de se marier Mervyn est expulsé d'URSS. Suivent alors cinq années de séparation pendant lesquelles ils vont s'écrire jusqu'à plusieurs fois par jour. Toute cette correspondance a été conservée et l'auteur s'est en partie appuyé sur ces lettres pour raconter cette période. Pendant ces cinq années Mervyn se bat pour faire venir Ludmila en Angleterre, il y parvient finalement en 1969.

 

Owen Matthews croise l'histoire de ses parents avec la sienne propre. Lui-même a vécu en Russie où il était journaliste dans les années 1990. Au moment où une nouvelle société émerge des décombres de l'URSS, il participe à la frénésie qui s'empare des nouveaux Russes. On comprend bien que la rédaction de ce livre (qui lui a pris près de dix ans) a été pour lui un cheminement vers la maturité et lui a permis de mieux comprendre son père et d'entrer avec lui dans une relation plus appaisée.

 

 

Voilà un livre qui m'a beaucoup intéressée et que j'ai trouvé agréable à lire et bien écrit.

L'avis de Zarline.

Partager cet article

Repost0

commentaires

H


J'ai aussi beaucoup apprécié ce livre. Ce qui m'a particulièrement intéressé, ce sont les considérations de l'auteur sur la mentalité dominante en Russie qu'il relie à l'environnement naturel
(immensité+ grosses contraintes = fatalisme) pour expliquer la difficulté à assumer le passage à la démocratie.



Répondre
A


Pour ma part j'ai préféré la partie historique.