• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 15:07

voltaireClaude Izner, Les souliers bruns du quai Voltaire, 10-18

 

Paris, hiver 1897. Meurtres en série quai Voltaire. Les victimes sont des amateurs de vieux livres et de confitures. Quel rapport entre les deux ? Il y en a un, que vont découvrir nos amis Victor Legris et Joseph Pignot en menant l'enquête.

 

Cette nouvelle aventure des deux libraires associés se déroule dans le milieu des bouquinistes parisiens, milieu que connaissent bien les deux soeurs qui se cachent derrière le pseudonyme de Claude Izner- elles sont ou ont été bouquinistes.

 

Je regrette que les héros soient délaissés au profit d'une longue galerie de personnages parmi lesquels j'ai parfois un peu de mal à me retrouver. Les auteurs touchent à beaucoup de choses sans vraiment approfondir. Ainsi de l'affaire Dreyfus qui sert d'arrière-fond bien lointain à cette histoire. Le résultat est léger et plaisant à lire et ne laissera pas un souvenir impérissable.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le Bouquineur 09/07/2014 13:35

J’étais prêt à me passionner pour cette reconstitution méticuleuse du Paris de 1898, le centre historique, des quais au Marais et aux Halles entre autre. Je commençais à me régaler des images à la Tardi me venant à l’esprit, de ce je sais quoi à la Léo Mallet et de cette écriture pastichant les anciens, riches en tournures de phrases démodées ou jolis mots (« son prince marchand »). Mais n’est pas Emile Zola (l’action se déroule durant l’affaire Dreyfus) qui veut, toutes ces descriptions, cette accumulation de documentation d’époque régurgitée et surtout, la pléthore de personnages secondaires ont fini par m’assommer. Et comme l’intrigue policière proprement dite n’est pas folichonne (« un tissu d’invraisemblances sorties droit de mon imagination » avoue un personnage) même si elle présente des aspects intéressants (cadavre dans un chaudron de confiture, recherche d’un vieux livre et arrivée inopinée du fameux comte de Saint-Germain) je suis resté sur ma faim.

Agnès 09/07/2014 20:06

La lecture est loin, je ne me souviens plus vraiment mais je dirais que ça n'est pas leur meilleur.

Dominique 21/12/2011 09:02


Il m'attend et je pense l'emporter pour les fêtes car là on a besoin de lecture légère, dans la même série j'en ai lu un sur Toulouse Lautrec qui était sympas aussi mais tout aussi léger 

Agnès 21/12/2011 12:13



C'est en effet exactement ce qu'il faut à cette époque de l'année.