• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 14:46

hommes-ordinaires.jpgChristopher R. Browning, Des hommes ordinaires, Le101° bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne, Texto

 

La "solution finale" en Pologne c'est la shoah par balles, ce sont les ghettos, c'est la déportation vers les centres de mise à mort. Qui étaient les hommes qui ont été les exécutants de cette extermination ? A partir de l'exemple du 101° bataillon de réserve de la police allemande Christopher R. Browning montre qu'il s'agissait rarement de nazis fanatiques avides de tuer des juifs mais la plupart du temps d'hommes ordinaires que les circonstances ont amenés à commettre le crime de génocide.

 

Au cours des années 1960 des hommes du 101° bataillon ont été jugés pour leur participation à la shoah. Une centaine ont été interrogés à cette occasion. C'est sur les archives de ce procès que Christopher R. Browning s'appuie pour rédiger son livre. J'ai trouvé ce livre très intéressant. A la fois par ce qu'il m'a appris sur le déroulement de la solution finale en Pologne et à la fois sur la question qu'il pose des responsabilités individuelles.

 

La présente édition est suivie d'une longue postface dans laquelle Christopher R. Browning répond à Daniel Jonah Goldhagen qui a travaillé peu après lui sur les mêmes documents et en a tiré des conclusions inverses : le 101° bataillon était composé de nazis convaincus qui ont volontier participé à l'extermination des juifs. Cette postface permet de mieux comprendre la façon de travailler de l'auteur et ce qu'il entend par "hommes ordinaires". Il y cite notamment les expériences de Milgram qui montrent comment, poussés par une autorité scientifique, des étudiants ont été prêts à infliger des chocs électriques à d'autres personnes. On a parlé récemment de cette expérience en France à propos d'une émission de télé qui s'en inspirait.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Agnès - dans Shoah
commenter cet article

commentaires

Henri 16/08/2010 14:50



A propos de Goldhagen il est question aussi de la contradicition entre sa thèse (les Allemands qui ont participé aux massacres étaient tous des nazis convaincus) et son propre travail de
recherche dans le livre d'Arjan Appadurai "Géographie de la colère- La violence à l'âge de la globalisation" : "la faiblesse majeur de son livre est son refus de reconnaître la preuve massive
-qu'il est le premier à fournir- (...)de l'extraordinaire quantité d'énergie qu'il a fallu déployer pour transformer autant de citoyens allemands en instruments de la solution finale."(p 84)


 



Agnès 17/08/2010 09:26



Merci de cette information, très cher. J'ai prévu de lire ce livre prochainement.



Dominique 09/08/2010 19:06



La question que pose ce type de livre est tout à fait intéressante : étaient-ce des hommes normaux ? ou bien des fanatiques enragés ce qui nous rassurerait en fait mais qui ne fut sans doute pas
la réalité, c'est ce que l'on ressent lors d'interview d'allemands témoins à l'époque


C'est une excellent collection que TEXTO  je viens de relire celui sur la grande rafle du Vel d'Hiv et suis en train de lire les mémoires de jeunesse de Churchill



Agnès 10/08/2010 09:28



Ca nous amène à nous interroger sur notre propre comportement.


Je découvre cette collection Texto qui m'a l'air en effet bien intéressante. La rafle du Vel'd'hiv' ça m'intéresse aussi.