• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 16:09

petits enfantsAyse Gül Altinay et Fethiye Cetin, Les petits-enfants, Actes sud

 

Le livre de ma grand-mère où Fethiye Cetin racontait sa découverte de ses origines arméniennes et l'histoire de sa grand-mère a eu, nous dit-on, un fort retentissement en Turquie. Sa lecture a amené un certain nombre de Turcs à s'interroger sur leurs origines et, éventuellement, à découvrir l'existence d'ancêtres arméniens. Les petits-enfants est un recueil d'entretiens avec 24 Turcs ayant des origines arméniennes. Ils disent comment ils l'ont appris, ce que ça a changé pour eux, comment ils vivent leur situation dans la Turquie d'aujourd'hui qui nie toujours le génocide des Arméniens. En lisant ces témoignages j'ai eu le sentiment de comprendre un peu la mentaité turque.

 

Je découvre que dans l'est du pays beaucoup de familles ont des origines arméniennes. D'abord il y avait des unions mixtes ensuite, pendant le génocide, des jeunes filles ont été prises comme épouses, des enfants, plus souvent des filles, ont été recueillis et adoptés. Ces convertis à l'islam ont parfois gardé des relations avec des membres de leur famille dans la diaspora arménienne.

 

Les témoignages sont suivis d'une analyse par Ayse Gül Altinay, sociologue, qui s'interroge sur le silence qui recouvre les survivants arméniens. Pourquoi leur existence a-t-elle été éludée, autant par les Turcs que par les Arméniens ? Des réponses très convainquantes sont proposées par des universitaires féministes. Les survivants sont majoritairement des femmes (et des enfants) définis par rapport aux hommes auxquels elles "appartiennent". Ces femmes ne sont pas considérées comme protagonistes de l'histoire mais confondues dans la masse des victimes du génocide et elles "disparaissent".

Une autre explication c'est, du côté turc, le mythe de la pureté ethnique et du côté arménien, la difficulté à ne pas mettre tous les Turcs dans le même sac, responsables en bloc des massacres.


C'est le genre de livre dont la lecture donne l'impresion d'être plus intelligent. Je l'ai trouvé passionant.

Partager cet article

Repost0

commentaires