• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 17:59

ERNAUX-Annie-les-annees-folioAnnie Ernaux, Les années, Folio

 

Ce livre m'a été offert à Noël par ma fille qui l'avait énormément apprécié. Je l'en remercie mais je dois dire que mon opinion est plus mitigée.

 

Née en 1940, Annie Ernaux nous trace là un panoramique de la vie en France depuis l'après-guerre. Elle part de photos d'elle aux différents âges de sa vie pour rappeler ses souvenirs mais elle se place en observatrice extérieure, parlant d'elle à la troisième personne.

 

Au début j'ai apprécié la peinture de la France des années 50, l'entrée progressive dans la société de consommation avec toutes ses merveilles. Beaucoup de descriptions me semblent très justes. Même si Annie Ernaux est plutôt de la génération de ma mère, j'ai aimé retrouver des souvenirs communs.

 

Puis assez vite, j'ai trouvé ça ennuyeux et c'est du à ce style qui a un côté impersonnel. Il me donne l'impression que l'auteure ne ressent rien, qu'elle subit sa vie plus qu'elle ne la vit. Par contre il fait bien ressentir l'accélération du temps. A la fin elle explique son choix d'une "autobiographie impersonnelle", "pour, en retrouvant la mémoire de la mémoire collective dans une mémoire individuelle, rendre la dimension vécue de l'Histoire". C'est à ce moment là que, de nouveau, je trouve la lecture intéressante.

 

Comme bilan je dirais que c'est un livre intelligent et travaillé. Elle dit, et je la crois, qu'il l'a hantée pendant des années. Elle fait une part large à l'évolution de la condition féminine. Ca aussi ça devrait me plaire. Et pourtant ça ne fonctionne pas vraiment.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Louise 25/01/2011 08:31



En me relisant je me dis que c'est moi qui me transforme en universitaire chiante :)



Agnès 25/01/2011 21:23



L'intérêt de lire des livres qui ne m'emballent pas vraiment c'est que ça me permet de cvomprendre ce que j'aime : finalement, en littérature comme au cinéma il me faut des choses qui prennent
aux tripes.


Tu n'est pas une universitaire (chiante) mais une intellectuelle -et pourquoi cela serait-il mal ?



Louise 20/01/2011 14:33



"Depuis peu, je sais que le roman est impossible. Pour rendre compte d'une vie soumise à la nécessité, je n'ai pas le droit de prendre d'abord le parti de l'art, ni de chercher à faire quelque
chose de "passionnant", ou d'"émouvant". Je rassemblerai les paroles, les gestes, les goûts de mon père, les faits marquants de sa vie, tous les signes objectifs d'une existence que j'ai aussi
partagée.


Aucune poésie du souvenir, pas de dérision jubilante. L'écriture plate me vient naturellement, celle-là même que j'utilisais en écrivant autrefois à mes parents pour leur dire les nouvelles
essentielles."


Annie Ernaux, La Place


En utilisant la 3° personne indéfinie, Ernaux ne parle plus d'elle mais de moi, ce n'est même plus elle qui parle mais moi. Elle n'a pas besoin de me dire qu'elle a été traumatisée par son
avortement clandestin ou qu'elle angoisse en regardant ses deux grands fils qui sont maintenant des hommes, je le sais. Elle devient moi, je deviens elle : "Je me demende si je n'écris pas pour
savoir si les autres n'ont pas fait ou ressenti des choses identiques, sinon, pour qu'ils trouvent normal de les ressentir. Même, qu'ils les vivent à leur tour en oubliant qu'ils les ont lues
quelque part un jour." in Passion simple


Ce n'est plus de la littérature, c'est la vie. :)


 


Love, kiss, flex.



Agnès 21/01/2011 18:19



Je crois qu'au fond c'est trop intellectuel pour moi.