• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 15:40

perryAnne Perry, La fin justifie les moyens, 10-18

 

Après la mort de Jericho Philips, que Monk pourchassait dans Mémoire coupable, notre héros découvre qu'un autre souteneur, Mickey Parfitt, faisait lui aussi commerce de petits garçons. Parfitt est assassiné et personne ne le pleure. Vu ses crimes, la police est prête à chercher mollement le coupable. Mais Monk suspecte que ce dernier pourrait être le commanditaire de Parfitt. Son arrestation signifierait alors un coup d'arrêt au trafic d'enfants sur la Tamise.

 

Rapidement les soupçons se tournent vers Arthur Ballinger qui n'est autre que le beau-père d'Oliver Rathbone, le célèbre avocat, ami d'Esther et William Monk. Quand Oliver Rathbone doit défendre son beau-père il se retrouve dans une situation très difficile. D'un côté sa femme le somme de faire preuve de loyauté familiale, de l'autre il ne peut s'empêcher de se demander si une telle loyauté est bien compatible avec la justice. Qu'est-ce qui prime ? L'amour au détriment de la vérité ou la vérité au détriment de l'amour ? Le choix est forcément tragique.

 

J'ai apprécié cette lecture. Le travail de fourmi qu'est la recherche d'éléments dans une enquête de police est bien montré. En plaçant les tourments d'Oliver Rathbone au centre de son roman Anne Perry se renouvelle de façon intéressante.

Partager cet article

Repost 0

commentaires