• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 08:09

Toni Morrison, Un don, Christian Bourgois

Un don est l'histoire de l'esclave Florens, séparée de sa mère à l'âge de huit ans, à la fin du 17° siècle, pour être donnée à un fermier en paiement d'une dette. Le roman alterne des passages qui sont des épisodes de la vie de Florens, racontés par elle-même, et l'histoire d'un certain nombre de personnages qui interviennent dans la vie de Florens, par un narrateur extérieur.

On rencontre les maîtres de Florens, Sir et Mistress, Jacob et Rebekka Vaark. Ce sont des libre-penseurs qui espèrent mener leur vie en indépendants, sans trop de relations avec la communauté anabaptiste voisine. A la ferme il y a aussi Lina, une esclave indigène; Sorrow, une fille trouvée un peu bizarre et occasionnellement Willard et Scully, deux travailleurs loués. Les travailleurs loués sont des esclaves blancs. Ils sont engagés, parfois tout jeunes, pour payer une dette -ou celle de leurs parents- ou en punition d'un délit quelconque. Leur peine a en théorie une durée déterminée mais est généralement prolongée pour une raison ou une autre.

J'ai trouvé intéressant de découvrir cette société américaine à une époque où le pays était encore peu peuplé, où il y avait encore des Indiens (des indigènes) en liberté. Toni Morrison montre les méfaits de la superstition de sectes venues là pour trouver la liberté religieuse et qui imposent leurs croyances aux plus faibles. Le thème principal reste le traumatisme pour Florens de la séparation d'avec sa mère. Je n'ai compris le sens véritable du titre qu'à la toute dernière page et ce fut un coup au coeur. Cette révélation teinte toute l'histoire de Florens d'un caractère encore plus tragique.

Toni Morrison est une de mes auteurs favoris et j'ai lu pratiquement tous ses livres. Elle m'a conquise avec Beloved. A l'époque je m'intéressais un peu à la question de l'esclavage aux Etats-Unis et j'avais lu plusieurs biographies ou récits d'anciens esclaves, livres de témoignages mais c'est avec Beloved, un roman, que j'ai eu le sentiment de comprendre vraiment ce que signifiait l'esclavage. Il me semble depuis que si la notion de péché, ou de Mal, a un sens, c'est ici une des situations où elle peut s'appliquer. Le critique du New York Times, repris en quatrième de couverture, compare Un don à Beloved. J'ai le souvenir que ce roman m'avait fait une impression plus forte que je retrouve à la dernière page de Un don.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Agnès - dans Autres romans
commenter cet article

commentaires

Laetitia la liseuse 29/07/2009 10:46

Effectivement, il n'égale pas Beloved. Sans doute du à sa brièveté. Mais quelle belle leçon d'histoire. c'est encore un coup de coeur pour moi. coup de coeur pour son dernier chapitre aux révélations plus quémouvantes.

Agnès 17/08/2009 11:17


Beloved fait partie de ses chefs-d'oeuvre.