• : Mon biblioblog
  • : Les livres que j'ai lus et que j'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou...pas du tout. Mes compte-rendus de lectures et commentaires personnels.
  • Contact

100_1067.jpg

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux"

Jules Renard

Recherche

3 juin 2006 6 03 /06 /juin /2006 07:36
Paul Auster, Le livre des illusions, Babel

La femme et les deux jeunes enfants du narrateur, David Zimmer, sont morts dans un accident d'avion. Après cette catastrophe, David traverse une période de profonde dépression. Un jour, en regardant un documentaire à la télévision, il découvre l'existence d'Hector Mann. Hector Mann était un acteur comique de l'époque du cinéma muet. Il a eu un certain succès avant de disparaître en 1929 : il est parti de chez lui, abandonnant toutes ses affaires et personne n'a plus jamais entendu parler de lui. Un extrait d'un film d'Hector Mann fait rire David Zimmer et c'est la première fois qu'il rit depuis des mois.

Dans un sursaut vital pour échapper au désespoir il décide d'écrire un livre consacré à l'oeuvre d'Hector Mann. Après la parution du livre David Zimmer reçoit une lettre d'une femme qui se prétend l'épouse d'Hector Mann. Celui-ci serait encore vivant, 60 ans après sa disparition, et souhaiterait rencontrer Zimmer. David croit d'abord à un canular et temporise mais un soir une jeune femme se présente à sa porte : elle est envoyée par l'épouse d'Hector Mann pour le convaincre de se rendre au chevet de ce dernier.

Voilà un très bon Paul Auster que j'ai lu d'une seule traite. Comme toujours c'est bien écrit et les personnages ont des vies hors du commun avec de nombreux rebondissements. Les détails sont tellement précis que je me suis demandé un moment si Hector Mann n'avait pas existé pour de vrai.
On retrouve dans le livre des illusions des thèmes chers à Paul Auster : un personnage disparaît et tout le monde le croit mort (comme dans Leviathan ou dans Moon Palace). Un artiste crée des oeuvres que personne ne verra jamais (comme dans Moon Palace).
Il est aussi question de responsabilité et de comment expier ce dont on est coupable.

Partager cet article

Repost0

commentaires